Photo Abilio Diniz, un séducteur à la conquête de Carrefour

Abilio diniz, un séducteur à la conquête de carrefour

Sociétés et dirigeants

Abilio Diniz est personne attachée aux valeurs : le sport, la famille...

Abilio Diniz (Découvrez la page Lefigaro.fr sur Abilio Diniz) se revendique comme appartenant au "capitalisme responsable", un mouvement fondé sur le continent américain et qui défend le bien-être et la stimulation des collaborateurs dans les sociétés. Sous sa houlette, des salles de sport sont construites au sein hypermarchés GPA et des plans sponsorisés par l'entreprise encourageant son équipe à participer aux courses sont mis en place. C'est un fait avéré : il est intimement confiant dans les bénéfices du sport. L'homme d'affaires est catholique pratiquant, il voue un culte à Sainte Rita, la sainte des situations perdues. Les valeurs de la famille sont cruciales pour Abilio Diniz, qui est le père de 6 enfants.

La collaboration avec Casino, un épisode inachevé

En 2011, Abilio Diniz veut transformer son groupe en n°2 mondial de la grande distribution en fusionnant le groupe GPA avec Carrefour Brésil. Le désengagement de la Banque Brésilienne de Développement et le barrage du patron de Casino provoquent l'échec du regroupement de Carrefour Brésil avec Grupo Pão de Açúcar. Abilio Diniz peut de nouveau prévoir des investissements dans tous les secteurs économiques grâce à l’accord conclu à l'automne 2013 avec le groupe Casino, qui met fin à la clause de non-concurrence. GPA renoue avec son équilibre comptable après la crise et commence à parler de partenariat avec Casino. Il doit faire face à la concurrence de Carrefour au Brésil.

Peninsula multiplie par deux sa prise d'actions dans le capital du groupe Carrefour France, l'entreprise d’Abilio Diniz devient le 4e porteur d'actions du géant avec 5,07% des parts. l'homme d'affaires dédie son temps à BRF et recherche de nouveaux investissements depuis son départ de Grupo Pão de Açúcar. À soixante dix-huit printemps, Abilio Diniz retrouve le secteur de la grande distribution au Brésil, épaulé par un partenaire de choix. Fin 2014, le fonds d'investissement Peninsula, bâti par les Diniz, annonce son entrée au capital de Carrefour Brésil, à hauteur de 10 pour cent.

Des difficultés qui modèlent le caractère du chef d'entreprise

Au cours des années 1990, Abilio Diniz décide l'ouverture du capital de son groupe. Le groupe arrive à être le n°1 de la distribution au Brésil après que l'homme d'affaires ait déclenché une phase d'achats de sociétés. A la fin de la décennie 80, il siège au Conseil Monétaire brésilien en phase d'inflation incontrôlée. Le plan de relance sévère mis en place par Abilio Diniz permet de préserver le Grupo Pão de Açúcar, qui ferme 1/3 des magasins, cède les activités qu'il possède dans la péninsule lusitanienne et congédie vingt mille collaborateurs.